Dossier Pôle emploi : on fait le point

Contexte France Un oeil sur le monde

Smart en France fait face depuis quelques semaines à une attaque sans précédent suite à une décision absurde et injuste de Pôle emploi services (équivalent de l’ONEM en Belgique)En effet, 4.000 intermittent·es du spectacle et de l’audiovisuel salarié·es des coopératives SmartFr et La Nouvelle Aventure ont reçu, de façon simultanée, le même courrier du directeur de Pôle Emploi Services qui menaçait, à compter du 1er octobre, d’exclure leur travail dans la coopérative du calcul de leurs droits à l’assurance chômage des artistes et technicien·es du spectacle.

En réponse à cette situation, une forte mobilisation, à laquelle nombreux et nombreuses d’entre vous ont contribué, s’est mise en place. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

Les dernières informations sont les suivantes :  

Notre travail d’interpellation et de contestation, notamment juridique, des agissements de Pôle Emploi services n’a malheureusement pas permis de déboucher sur un retrait de leur décision. 

En conséquenceLa Nouvelle Aventure est désormais empêchée d’exercer son activité de productrice de spectacles : sa direction a pris acte de la décision du directeur de Pôle Emploi services en s’engageant dans une démarche responsable de cessation de son activité.   

Que retenir de tout ça ?  

Tout d’abord, nous avons la conviction sans faille que notre organisation répond en toute légalité aux besoins d’accompagnement d’un nombre important de professionnel∙les du monde du spectacle. Si ces dernier·es n’ont pas trouvé leur place dans les circuits classiques de production et de diffusion, nous pensons qu’ils et elles ont le droit de se regrouper au sein d’une coopérative afin de mettre en commun un ensemble de moyens indispensables à la sécurisation de leur travail et de leur parcours professionnel (administration, assurances, garantie financière, fonds de roulement, espaces de travail…).   

Il existe sans doute des incompréhensions à l’égard de notre modèle coopératif de la part d’institutions chargées de faire appliquer des réglementations qui protègent des travailleur·euses salarié·es subordonné·es à leurs employeurs. Nous allons chercher, avec l’ensemble des organisations représentatives de la coopération et de l’Économie Sociale et Solidaire, à faire valoir la pertinence et la légalité de nos modèles, ainsi que l’opportunité à les promouvoir.   

Nous nous attacherons aussi à poursuivre, avec ces mêmes partenaires, un travail pédagogique afin de permettre une meilleure compréhension des nouvelles formes d’emplois. Nous sommes convaincus que notre bon droit sera, au final, reconnu.   

Outre les actions politiques et judiciaires dans lesquelles nous allons nous engager – avec toute la force que rend possible la solidarité collective que nous avons la chance de réunir – nous allons accompagner l’ensemble de nos artistes et technicien·nes du spectacle qui se trouvent empêché·es de poursuivre leurs activités afin que chacune et chacun puisse trouver un cadre et des modalités satisfaisantes de poursuite de ses activités professionnelles. 

La conjoncture économique engendrée par la crise sanitaire ne rendra pas cette tâche facile mais nous sommes persuadés que la solidité des liens que nos coopératives ont permis de créer au cours des dix dernières années peut contribuer à faire naitre des solutions nouvelles. 

Enfin, le projet Smartdans son ensemble, a les reins plus que solide. Nous ferons face à cet épisode  : Smart a des ressources, l’histoire l’a démontré et elle le démontrera encore. Elles sont liées aux personnes qui la composent et à sa communauté de sociétaires. Nous sommes fiers de vous compter parmi nos sociétaires et de partager avec vous la même aventure coopérative au sein d’un projet concernant des centaines de métiers différents et à dimension européenne, dont les frontières dépassent le cadre des États-Nations.     

Nous avons perdu une première manche, mais nous ne renonçons pasà faire valoir la pertinence de notre modèle coopératif, et sa légalité dans le secteur du spectacle vivant en France  

2 réponses sur « Dossier Pôle emploi : on fait le point »

Soyez assuré de ma solidarité ; je suis smartien depuis 10 ans maintenant, et si j’ai pu tiquer sur ce que j’observais dans mon antenne rennaise il y a quelques années (salariés débordés notamment), je constate également une amélioration des conditions de travail de l’équipe, et je soutiens d’autant la démarche de Smart.

Merci Pierre de votre soutien. Nous sommes heureux de lire ce retour positif de votre part sur l’amélioration de nos services. Belle journée à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *