Le plaidoyer de Smart: récit de la manière dont nous tentons de nous immiscer rue de la Loi, hôtel Matignon et au Berlaymont  

L'actu Smart, le plan corona et moi

Nous menons depuis plusieurs années, en collaboration avec un large écosystème de partenaires, des actions de plaidoyer tant en Belgique qu’en France et plus globalement au niveau international. Celles-ci s’adressent à plusieurs publics cibles : acteurs politiques, syndicaux, académiques, économiques. Elles ont comme objectifs principaux de promouvoir le projet de transformation sociale de Smart ainsi que son modèle d’entreprise partagée. Nous portons un projet de transformation sociale qui passe par la promotion du modèle de l’entreprise partagée comme une des réponses utiles aux enjeux et aux mutations du monde du travail (digitalisation de l’économie, discontinuité dans le travail, flexibilité, etc)Chez Smart, les travailleuses et travailleurs autonomes, créateurs et créatrices de valeurs économiques et sociales, se trouvent au centre de la réflexion afin qu’elles et ils puissent bénéficier d’une protection sociale élevée tout en disposant d’une capacité et d’une autonomie d’action dans le développement de leur projet professionnel. Ceci permet d’intégrer ou de réintégrer toute forme d’activité économique dans le circuit du salariat qui apporte sécurité et protection dans une logique de solidarité redistributiveEn ce sens, nous tentons de constituer une réelle alternative à l’avènement, un peu partout dans le monde, de formes d’emplois précaires pour lesquelles les préoccupations de rentabilité prévalent au-delà de toutes autres considérations liées par exemple aux conditions de travail. Et nous démontrons, contrairement à ce que certains prétendent, que nos acquis du passé tels que la sécurité sociale peuvent très bien coexister avec des formes “innovantes” d’entreprendre : le statut du travailleur chez Smart pourrait ainsi être qualifié d’entrepreneur-salarié puisqu’il permet de (ré)concilier la protection sociale et une vraie dynamique entrepreneuriale. 

Au-delà de faire connaitre et comprendre notre modèle d’entreprise partagée et d’apporter notre expertise sur de nombreux sujets liés au monde du travail, à la protection sociale ou encore aux modes de production économique, l’objectif est de susciter des changements (notamment règlementaires) visant à répondre aux besoins et réalités de travail de nos travailleurs-entrepreneurs-salariés. 

Plutôt qu’une liste à la Prévert, l’objet du présent récit vise à vous permettre de mieux percevoir la manière dont nous tentons de nouer des contacts avec des responsables politiquesles interpeller, les sensibiliser, les convaincre…bref, faire parler de nous. Il n’y a pas de recette miracle en la matière, mais il convient en tout cas d’être actif et réactif et de saisir toutes les “opportunités” qui se présentent. Ainsi, suite à la crise du covid, les actions de plaidoyer vis-à-vis des responsables politiques ont pris une importance et une ampleur considérable. Il s’agissait en particulier d’une part, de veiller à ce que des mesures de soutien public adaptées aux réalités de travail de nos membres soient prévues en ces temps de crise sanitaire et économique et d’autre part, de faire connaître notre modèle d’entreprise partagée et coopératif comme une réponse « innovante » aux questions et problématiques liées au monde du travail (la question du sens du travail, la nécessité d’une protection sociale digne de ce nom, ou encore les avantages en terme de résilience et de mutualisation liés à l’entreprenariat partagée ou collectif) 

Que ce soit par mail, par courrier, par téléphone, par WhatsApppar sms, par conférence de pressepar des articles de presse, par l’activation des réseaux de partenaires et amis de Smart (notamment des sociétaires que nous remercions vivement!)par la tenue de nombreuses réunions par visioconférence, par de nombreuses relances (encore et toujours)différenteactions été entreprises afin de sensibiliser largement les responsables politiques qu’ils s’agissent de cabinets ministériels, de députés.e.sde parlementaires, d’autorités régionales, de fonctionnaires. 

En Belgique, comme vous le savez, tout est plus facile puisque que le nombre de responsables politiques est multiplié par 3, 4, voire parfois 5 et en 2 langues (voire 3 si on devait y inclure la Communauté germanophone). Pour ne citer que quelques exemples, il y a en Belgique Ministres de l’emploi4 Ministres de l’économie (qui ne sont pas forcément les mêmes personnes), 2 Ministres de la culturetoutes et tous de sensibilités politiques différentes… on va s’arrêter 😉 Malgré cette difficulté institutionnelle liée au système politique fédéral de la Belgiquenous sommes parvenus à établir de nombreux contacts dont certains constructifs et porteurs de perspectives pour notre communauté de sociétaires. La longue histoire de Smart et le “poids” économique et symbolique qu’elle représente aujourd’hui y sont certainement pour beaucoupEn France aussi les responsables politiques ont été interpellés et le travail est en cours pour parvenir à assouplir certains dispositifs ou en élargir, voir en créer d’autres pour les rendre accessibles à nos membres. Au niveau européennotre présence sur différents territoires lui permet d’être un acteur reconnu et en observation des conséquences subies par de nombreux travailleurs-entrepreneurs-salariés dans près de 40 villes dans 9 pays européens. Qui plus est, la présence de nombreuses institutions européennes sur le territoire bruxellois, siège historique de la coopérative, facilite certaines relations.  

Assouplissement des dispositifs d’accès et de maintien des droits liés au chômage, ouverture et facilitation d’accès à nos travailleurs-entrepreneurs-salariés aux soutiens économiques (parfois sectoriel), explication du modèle “particulier” d’entreprise partagée et de ses forces liées à la mutualisation, telles ont été et seront les axes de plaidoyer dans les semaines à venir. 

Il est évidemment trop tôt pour tirer un bilan global de nos actions collectives. A chaque avancée, nous informerons bien évidemment nos sociétaires pour qu’ils puissent en bénéficier au maximum. Nous sommes conscients qu’il reste encore beaucoup de travail à réaliser et que certain.e.s se trouvent actuellement dans des situations compliquées. Soyez toutes et tous convaincus de notre motivation pour vous soutenir et pour faire avancer les choses vers une société plus juste et plus solidaireNotre modèle d’entreprise partagée et solidaire nous semble être en mesure d’apporter des réponses concrètes et innovantes à cet égard.   

8 réponses sur « Le plaidoyer de Smart: récit de la manière dont nous tentons de nous immiscer rue de la Loi, hôtel Matignon et au Berlaymont   »

Bonjour,

Depuis un mois et demi, je suis sans travail, sans perspective de reprise dans un futur proche, et je me demande si un jour Smart va pouvoir répondre aux besoins des gens qui sont dans la même situation que moi. Avez-vous des nouvelles par rapport à des aides supplémentaires dans le cas d’une grosse perte de revenus et d’emploi sans une négocaition préalable avec le client ?

Pour compléter un peu l’image, je me compare à mes collègues, aussi bien freelance qu’employés, et je ne peux pas éviter d’avoir un sentiment d’abandon. Dans mon domaine, la plupart travaille sous le régime de franchise (petite entreprise, pas de TVA à facturer). Pour survivre à la crise liée au coronavirus, on leur a octroyé un droit passerelle (à peu près 1200 € par mois) et jouissent d’une aide de la région bruxelloise de 4000 €. Pour les gens qui travaillent avec un contrat, on les a placé directement en chômage temporaire, sans prendre compte des jours cotisés en Belgique. À la fin, nous ne sommes pas considérés entreprise et nous ne sommes pas considérés employés au même niveau que le reste, et le résultat est un sentiment angoissant de désespoir. Cela devient frustrant.

Facturer via Smart était un choix tout à fait conscient et assumé. À travers chaque contrat signé, à travers chaque devis, nous contribuons à valoriser un système d’entraide qui prône une société juste, équitable et, qui plus est, solidaire. Chaque membre de Smart a fait les apports nécessaires à l’État. Je pense que maintenant c’est au tour de Smart de nous démontrer que la coopérative est à nos côtés, et il est surtout l’heure de démontrer à l’État que notre modèle de gestion est aussi valable que le reste.

Face à cette situation de pandémie, nous espérons ne pas être discriminés par l’État et recevoir des solutions concrètes, sur mesure, pour ce contexte exceptionnel.

Bien à vous,

Bonjour,

Merci pour votre message. Nous sommes navrés d’apprendre les difficultés que vous traversez. Nous partageons entièrement votre vision quant à la nécessité pour l’Etat de reconnaître que notre modèle est, comme vous le dites, tout aussi valable que le reste. Et sachez que nous concentrons nos efforts à cet effet. Des améliorations ont été observées mais elles restent à nos yeux encore insuffisantes, raison pour laquelle nous poursuivrons ces efforts, soyez en certaine !

Par rapport aux aides, nous sommes en contact avec la région bruxelloise pour permettre l’accès à la prime covid à nos entrepreneurs-salariés concernés par ce dispositif tel qu’il a été prévu : http://werk-economie-emploi.brussels/fr/prime-covid-19 Nous espérons pouvoir concrétiser cela dans le courant de la semaine prochaine. Nous vous tiendrons bien évidemment au courant. Pour les 2 autres régions du pays (Flandre et Wallonie), les contacts sont en cours avec les cabinets ministériels concernés et sachez que nous ne ménagerons pas nos efforts pour tenter de els rendre accessibles à nos membres concernés.

Par ailleurs, dans le cadre global du plan corona que nous avons mis en place, nous avons aussi diffusé de l’information sur la manière dont vous pouvez éventuellement bénéficier du dispositif opérationnel de traitement des contrats de travail pour des prestations ayant subi et qui subiront l’impact de la crise sanitaire: https://kronik.smart.coop/go-le-traitement-des-contrats-de-travail-en-periode-de-confinement-le-document-de-synthese/ N’hésitez à prendre contact avec votre bureau à cet effet et dont les coordonnées figurent sur notre site internet.

Par rapport à la problématique du chômage que vous évoquez et qui relève en Belgique du niveau fédéral, nous publions cet article le 9 avril dernier : https://kronik.smart.coop/allocations-de-chomage-ca-commence-a-bouger/ Conscient que cela n’est pas suffisant, nous avons relancé la Ministre fédérale de l’emploi au travers d’un courrier circonstancié rappelant nos revendications : https://bit.ly/2Wf4QfN. Le débat sera réabordé en commission des affaires sociales d’ici une quinzaine de jours. Trop peu, trop lent à nos yeux…nous en sommes conscients mais nous ne lâcherons rien !

Bon courage à vous et prenez bien soin de vous et de vos proches.

Bonjour la Smart,

Je rejoins totalement Laura.

A part faire des beaux billets sur vos blogs et des jolies newsletters pour montrer que vous vous bougez, quand prendrez-vous des mesures concrètes pour aider réellement vos membres ?

Ne t’inquiètes pas Gilles! Ils ont mis en place un forum où tu pourras échanger ta visseuse contre un marteau! C’est ça être solidaire!

Bonjour Gilles,
Un plan de soutien à l’attention de nos membres à été déployé pour vous aider à faire face, ensemble, à cette crise d’une ampleur inédite et dont nous ne connaissons pas encore l’issue. Les mesures concernant le traitement des contrats de travail sont détaillées ici https://kronik.smart.coop/go-le-traitement-des-contrats-de-travail-en-periode-de-confinement-le-document-de-synthese/ tandis que l’ensemble du plan est disponible ici https://kronik.smart.coop/plan-corona/. Si toutefois vous ne trouvez pas de réponse à vos questions, n’hésitez pas à contacter nos bureaux de conseiller·ères, de préférence par mail.

Bonjour,
je suis un membre sociétaire qui a demandé le chômage temporaire á travers de votre outil. Mes demandes de chômage temporaires ils sont en traitement ça fait plus que 10 jours. Vous savez quand Ils arriveront ce misérables 50 euro par jour que nous promissent? Et après, le politiciens ont compris que la culture est un secteur oú les choses se passent á travers de modes de financement, relations personnelles, phases créatifs trés complexes et délicats? Le spectacle sur le quelle je travaillais de un an (première prévu á Marseille le 21 Mars) á été annulé et je sais pas si va jamais être repris. Notre dommage est pas lié á une perte de revenu de quelque semaine comme pour un employée « normal » nous avons perdu la préciosité de ces processus humaines/artistiques et ça a provoqué sur notre vie professionnelle un vraie tremblement de terre qui aura conséquences pour tous l’année et plus. Et on pense de résoudre ce bordel avec quelque jour de chômage payé á 50 euro? |On est pas de mercenaires chers. Il faut expliquer ça au politiciens. Et il faut aussi dire que s’ils comprennent pas notre valeur on peut organiser un jolie gréve du secteur et voir comme ça passe la vie des autres sans cinéma théâtre musique et tout le reste.

Bonjour Smart.
Je pense que nous sommes beaucoup de personnes dans la même situation que Laura. J’ai lu tout ce que j’ai pu, j’ai vu pas mal de vidéos pour me renseigner, J’ai perdu énormément de temps à essayer de voir dans mon activité comment faire un contrat des événements annulés dont j’ai pas encodé le devis auparavant. Ce là fait déjà trois mois sans revenu et mes factures s’accumulent. J’ai essayé le chômage (pas accordé), le CPAS (pas droit). Je commence à penser que le système sera le même qu’avant le covid, c’est à dire, chacun pour soi.

Bonjour Maurizio,
Merci pour votre message. Nous sommes navrés d’apprendre les difficultés que vous traversez. Nous mettons tout en oeuvre pour que, comme vous dites, le monde d’après ne ressemble pas au monde d’avant. Nous avons réagi rapidement à cette crise en activant notre plan de soutien Corona, ainsi qu’en multipliant les lettres aux personnalités politiques, afin de faire entendre notre voix. La lutte est loin d’être terminée, mais sachez Maurizio qu’en adhérant à une coopérative vous n’avez pas fait le choix du « chacun pour soi ». Nous tentons au mieux de faire face ensemble à cette crise et continuerons à nous battre pour un futur plus juste et solidaire.
Belle journée à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *