Smart en France, point d’étape

non classifié(e)

Depuis neuf mois et la décision de Pôle emploi de priver Smart en France de près de la moitié de son chiffre d’affaires, la coopérative fait preuve d’une énergie considérable pour rebondir grâce à la mobilisation de ses équipes et de ses sociétaires, au soutien de nombreux acteurs de l’économie sociale et solidaire et à la solidarité qui caractérise notre modèle.

Deux éléments ont fortement impacté l’activité de Smart France ces derniers mois. D’abord, évidemment, les effets de la crise sanitaire, notamment dans le secteur culturel. Mais, surtout, la décision injuste de Pôle Emploi qui a privé une des structures du groupement coopératif Smart de sa capacité de production de spectacle et d’audiovisuel. Smart a contesté cette décision et la justice est aujourd’hui saisie de ce litige.

On ne perd pas impunément 49 % de son chiffre d’affaires.

Malgré les attaques qu’il a subies, le groupe Smart fait aujourd’hui preuve de sa capacité de rebond.

Une nouvelle équipe de direction se met en place avec l’élection à la présidence du conseil d’administration de SmartFr de Caroline Senez et à celle de GrandsEnsemble, la coopérative d’activité et d’emploi associée, de Laurent Courouble. Le recrutement d’une nouvelle direction générale pour accompagner la coopérative dans cette phase de transition vers une nécessaire évolution du projet est en cours.

Dans cette période difficile, Smart en Europe réaffirme ses valeurs mutualistes et la coopérative française pourra compter sur le soutien et la solidarité de la coopérative mère en Belgique.

Et comme la vie d’une coopérative et son avenir ne seraient rien sans l’implication de ses membres et sociétaires, les conseils d’administration de Smart et de Grands Ensemble ont souhaité que les présidents veillent particulièrement à associer les sociétaires dans cette phase de rebond.

2 réponses sur « Smart en France, point d’étape »

Mon bullshitomètre à explosée… 3 fois.
Mais on sera super content de retravailler avec vous si vous gagner la bataille juridique contre popol.
Courage ! On est derrière vous, vous avez tout notre soutient de primo entrant bien dans la mouise grâce aux guéguerre de gratte papier 😉

Pour les artistes et technicien sans Cie il existe le GUSO, c’est gratuit et très simple.

Et n’oubliez pas que le portage salarial est interdit en France (enfin sauf pour les sociétés dont l’objet est le portage), c’est pour cette raison que SMART est en délicatesse avec Pole Emploi.
J’ai eu l’occasion d’avoir recours à SMART, c’est effectivement bien pratique, mais ça laisse la porte ouverte à tout un tas de dérive dont l’achat artificiel de cachet !
Nobody is perfect !!

Répondre à bouton Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *