Le Gouvernement bruxellois débloque deux millions d’euros pour les entrepreneurs-salariés de la région

Contexte Belgique Un oeil sur le monde

Avec les mesures de confinement et les conséquences économiques pour bon nombre d’entre vous, nous avons renforcé les interpellations politiques en tout genre, y compris en matière d’aides économiques. Smart rencontre les membres de gouvernement et leurs cabinets ministériels pour faire connaître son modèle d’entreprise partagée, les spécificités des entrepreneur·ses- salarié·es, afin qu’ils et elles puissent être éligibles aux aides économiques qui existent pour les entrepreneurs « classiques ».

En particulier, nous essayons de rendre éligible les entrepreneur·ses-salarié·es aux aides régionales liées aux mesures de confinement (prime Covid-19 à Bruxelles, fonds Covid-19 en Région wallonne) au même titre que d’autres entrepreneurs effectuant leurs activités économiques sous d’autres statuts. Ce n’est pas toujours facile de faire comprendre que certain·es entrepreneur·ses choisissent de travailler sous statut de salarié, mais qu’ils et elles fonctionnent de manière autonome dans la gestion de leurs activités qui se développent au sein d’une entreprise partagée. Difficile pour le politique de sortir de la logique d’identification des entreprises par un numéro d’entreprise ou un code NACE. Si certains restent perméables au modèle, tous les responsables politiques se trouvent confrontés à des requêtes innombrables de personnes, entreprises et secteurs qui tombent entre les mailles du filet des aides déployées.

À Bruxelles, la Secrétaire d’État Barbara Trachte et son cabinet veulent soutenir les modèles économiques innovants, dont Smart fait partie. Ils comprennent le modèle d’entreprise partagée et ses avantages (tant pour les individus que pour le développement économique) et tentent de trouver des solutions avec nous. Faute d’avoir pu rendre éligibles, pour l’instant, les sociétaires qui rentrent dans les objectifs de la prime Covid-19, le gouvernement de la Région a débloqué une enveloppe globale de deux millions d’euros pour les entrepreneurs de coopératives d’emploi et d’entreprises partagées. Il s’agit d’un prêt à taux réduit (0 à 2%) qui sera régie par une convention entre, d’une part, Finance&Invest.brussels et, d’autre part, lesdites coopératives. Cette convention permettra de modaliser les prêts à taux réduit octroyés aux entrepreneur·ses-salarié·es.

Les critères d’éligibilité ainsi que les modalités d’accès à ces crédits exceptionnels seront définis et communiqués dès la réception de la décision officielle du gouvernement. Nous faisons notre possible pour que la mise en application de ce prêt soit la plus pratique et réponde le mieux possible à vos besoins dans toute leur diversité.

Nous nous réjouissons de cette première avancée et continuons à nous battre pour que toutes les aides vous soient accessibles. Dès que cette enveloppe sera disponible et opérationnelle, nous vous tiendrons informé·es.

Lire le communiqué de presse de la décision gouvernementale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *