Une enquête expérimentale et coopérative avec le Cesep et l’UCL qui arrive à son terme

L'actu

Depuis 2017, une équipe de chercheur·es, coordonnée par Julien Charles (Cesep) et Isabelle Ferreras (UCL), mène des travaux de recherche autour du projet Smart. L’enquête est arrivée à son terme. Retour sur leurs travaux.

Durant la première phase, de 2017 à 2018, les chercheur·es ont mis en place un processus d’enquête sociologique et juridique sur les usages d’une coopérative de travailleur·ses autonomes. Leurs travaux ont donné lieu à plusieurs articles et à un volumineux rapport sociologique final intitulé : Pratiques et organisation du travail démocratique chez Smart. Vous en trouverez une synthèse, rédigée par les auteurs eux-mêmes, dans cette analyse publiée en 2019.

Durant la seconde période de travail de 2019 à 2021, les chercheur·es et Smart ont identifié et travaillé sur plusieurs chantiers:

« L’Appui à l’évaluation de l’impact social de Smart »:

L’impact social consiste en l’ensemble des conséquences des activités d’une organisation tant sur ses parties prenantes externes (usager·es, clientèle, territoire…) et internes (salarié·es, bénévoles…), que sur la société en général. À la suite du travail mené dans le cadre de Smart In Progress en 2019 consacré à l’impact social, il restait à identifier les indicateurs qui doivent être collectés et analysés pour mesurer cet impact. Les travaux menés de 2019 à 2021 ont permis d’identifier des indicateurs quantitatifs et qualitatifs afin d’évaluer l’impact de Smart sur les travailleurs autonomes en termes de sécurisation et d’autonomisation.

La « Réception et les apprentissages internes suite au rapport de 2018 » se sont sous-divisés en trois sous chantiers:

  • Sur l’École de la coopération: l’objectif était de soutenir la mise en oeuvre d’une école de la coopération en permettant d’en clarifier les enjeux
  • L’organisation du travail des conseiller·es: cela visait à soutenir l’autonomie des équipes de conseillers en étudiant par exemple les impacts du télétravail sur cette autonomie
  • Sur le dialogue social coopératif: il s’agissait de mieux connaître la diversité des publics à représenter au niveau du dialogue social et proposer des pistes de développement pour renforcer la capacité des travailleurs à participer aux décisions sur les finalités de leur entreprise.

Un autre chantier nommé «Enquête niveau 4» a cherché à modéliser Smart afin de comparer l’entreprise partagée à d’autres entreprises proposant des services comparables.

Le dernier chantier était «Les 24H du travail édition #2» qui visait à ancrer Smart dans un réseau d’acteurs partageant ses finalités. Ce chantier a été reconfiguré autour de l’événement PremierMAI2020 avec les acteurs syndicaux, coopératifs et associatifs engagés sur cette manifestation. Les enjeux des membres Smart ont aussi été intégrés à l’enquête « Aux confins ».

Ces chantiers ont rythmé près de trois ans de travail de 2019 à 2021, donné lieu à de nombreuses notes de travail internes, discussions qui nourrissent les projets de transformation de l’entreprise au jour le jour. À l’issue de ces chantiers et en conclusion de ce travail, les chercheurs.ses identifient trois enjeux et recommandations qui doivent continuer à concentrer nos travaux et efforts:

  • La description de Smart, de son offre de façon à la rendre comparable à d’autres dispositifs et aussi plus appréhendable. Ceci passe par exemple par l’utilisation d’un vocabulaire plus «normalisé»
  • Une meilleure connaissance et description de certains usages de Smart en particulier en lien avec certaines typologies de donneur d’ordres
  • La reconnaissance de la spécificité des travailleurs permanents de la coopérative au niveau de leur participation à la gouvernance de l’entreprise.

Ces cinq années ont constitué une expérience où le monde de l’entreprise et celui de la recherche ont cohabité, travaillant sur les mêmes sujets avec leurs rythmes et prismes différents et se sont nourris les uns et les autres. Cette coopération aura apporté beaucoup à Smart pour connaître les usages de ses outils, de la coopérative et identifier des enjeux prioritaires.

Le projet s’inscrit dans les projets de transformation de Smart dans le but d’améliorer nos pratiques collectives et valoriser les spécificités de notre modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.